Otis Taylor

Genre blues, folk, acoustic, singer-songwriter, rock

Otis Taylor, né en 1948 à Chicago, est un chanteur de blues .

Il s'est mis en valeur en 2009 en participant à la bande sonore du film Public Enemies avec le titre Ten Million Slaves issu de l'album Respect the Dead. Sa chanson Nasty letter est à la fois présente dans ce film et dans le générique de fin du film Shooter, tireur d'élite sorti en 2006.

Otis Tayor grandit à Denver (Colorado) en étudiant le banjo. Ses parents lui transmettent une culture jazz et rhythm’n’blues ; après avoir appris que le banjo était à l'origine un instrument africain; utilisé quasi exclusivement pour le Bluegrass, il se passionne pour le country blues et le folk, la guitare puis l’harmonica. Il fonde son premier groupe de blues ; puis se rends à Londres dans les années soixante, se produit dans des styles plus rock, et abandonne la musique en 1977 pour exercer d'autres activités, entre autres celui de brocanteur.

Otis Taylor revient à la musique en 1995, et enregistre dès lors neuf albums dans plusieurs maisons de disques. Comme tout bluesman, ses textes évoquent les dures réalités de la vie, en particulier celles de la communauté noire. Certains thèmes communs dans sa musique sont l'assassinat, le racisme, la pauvreté et le besoin de rédemption. À ce jour, Otis Taylor a été onze fois cité aux Blues Music Award.
Les critiques du magazine Down Beat ont décerné le titre « CD Blues de l'année » à l'album Truth Is Not Fiction en 2002 ; la même récompense aux albums Double V en 2005, Definition of a Circle en 2007, et Recapturing the Banjo en 2008.

L'album Recapturing the banjo, considéré par Down Beat comme le meilleur album de la décennie dans sa catégorie, a été une tentative de renouer avec les véritables origines africaines du banjo


Source

Otis Taylor, né en 1948 à Chicago, est un chanteur de blues .

Il s'est mis en valeur en 2009 en participant à la bande sonore du film Public Enemies avec le titre Ten Million Slaves issu de l'album Respect the Dead. Sa chanson Nasty letter est à la fois présente dans ce film et dans le générique de fin du film Shooter, tireur d'élite sorti en 2006.

Otis Tayor grandit à Denver (Colorado) en étudiant le banjo. Ses parents lui transmettent une culture jazz et rhythm’n’blues ; après avoir appris que le banjo était à l'origine un instrument africain; utilisé quasi exclusivement pour le Bluegrass, il se passionne pour le country blues et le folk, la guitare puis l’harmonica. Il fonde son premier groupe de blues ; puis se rends à Londres dans les années soixante, se produit dans des styles plus rock, et abandonne la musique en 1977 pour exercer d'autres activités, entre autres celui de brocanteur.

Otis Taylor revient à la musique en 1995, et enregistre dès lors neuf albums dans plusieurs maisons de disques. Comme tout bluesman, ses textes évoquent les dures réalités de la vie, en particulier celles de la communauté noire. Certains thèmes communs dans sa musique sont l'assassinat, le racisme, la pauvreté et le besoin de rédemption. À ce jour, Otis Taylor a été onze fois cité aux Blues Music Award.
Les critiques du magazine Down Beat ont décerné le titre « CD Blues de l'année » à l'album Truth Is Not Fiction en 2002 ; la même récompense aux albums Double V en 2005, Definition of a Circle en 2007, et Recapturing the Banjo en 2008.

L'album Recapturing the banjo, considéré par Down Beat comme le meilleur album de la décennie dans sa catégorie, a été une tentative de renouer avec les véritables origines africaines du banjo


Source

Top Titres

Ten Million Slaves 1

Ten Million Slaves

Nasty Letter 2

Nasty Letter

Resurrection Blues 3

Resurrection Blues

My Soul's in Louisiana 4

My Soul's in Louisiana

Rain So Hard 5

Rain So Hard

Just Live Your Life 6

Just Live Your Life

Seven Hours Of Light 7

Seven Hours Of Light

Three Stripes On A Cadillac 8

Three Stripes On A Cadillac

Hands on Your Stomach 9

Hands on Your Stomach

Hey Joe 10

Hey Joe

Top Albums

Respect The Dead
Respect The Dead
pistes
White African
White African
pistes
Recapturing The Banjo
Recapturing The Banjo
pistes

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article